Broder est une passion, chaque brodeuse se reconnaîtra dans ces 4 mots. En revanche, un autre aspect de la broderie me plait beaucoup, c'est la transmission.

Récemment, je glissais gentiment à ma collègue-binôme que je l'imaginais bien faire de ses propres mains un petit cadeau aux bébés de ses amies nouvellement arrivés sur notre petite planète. Elle doutait y parvenir... mais je la connais bien et méticuleuse comme elle est, j'avais toute confiance en sa capacité à tenter et surtout à réussir !

Elle s'est munie de petits bavoirs blancs classiques et a craqué sur une petite revue pour enfants. Matériel en main, nous avons pu commencer ! Le défi, c'était de broder en mouvement ! Celles qui suivent ce blog savent que je brode souvent en voiture, là au moins, je ne suis pas dérangée. C'est ce que nous avons fait ! Nous avons conduit nos élèves en Allemagne la semaine qui a suivi Pâques et le trajet étant looooooooong en bus, nous en avons profité pour commencer un petit ouvrage.

Mon intuition était bien fondée : elle a tout de suite compris comment ça fonctionnait. Je l'ai fait sourire, car je lui ai dit et répété "jamais de noeuds" dans une broderie et "il faut toujours anticiper le point suivant". Les brodeuses averties retournent toujours les ouvrages pour voir comment c'est au dos.

Ce qui est encore plus sympathique, c'est que nous sommes parties à trois collègues... et la troisième est aussi une brodeuse ! Nous n'en avions jamais parlé. Pas étonnant que nous nous entendions si bien. Les fils tissent l''amitié  au-delà de ce qui se dit et se voit. A présent nous partageons cela en plus et c'est vraiement une belle rencontre "filaire".

Elle avait à peine fini le bavoir pour Ohana au retour de Freiburg... prise de passion, elle a enchaîné Alessio et Valentine. Je suis très fière de mon "élève". Partager et transmettre sont vraiment d'une grande richesse.

Broderie-M-1